À Propos

À qui la ville?
Montréal contre la gentrification.

À qui la ville? Voici une question buy essay club préoccupante pour tous ceux et thesis writing services celles qui se trouvent dans la rue, expulsé-e-s de leurs quartiers à cause de l’invasion de condos et de l’implantation de commerces hors de prix, de cafés bourgeois et de restaurants de luxe. Bref, à cause de la gentrification.

La gentrification, c’est le phénomène de transformation d’un quartier par l’arrivée d’une classe bourgeoise et de riches propriétaires qui s’approprient nos espaces.

La gentrification est l’une des expressions du système capitaliste colonial, dans laquelle le Capitalisme, toujours anxieux d’accroître son pouvoir, cherche à reconquérir, une nouvelle fois, les terres des peuples autochtones. Cette fois-ci, il s’agit d’une dépossession des locataires pauvres, travailleuses et travailleurs, chômeuses et chômeurs, assisté-e-s sociaux, femmes, immigrant-e-s et sans-papiers, familles, personnes âgées et personnes handicapées.

Bien que les grandes gueules du néolibéralisme nous parlent de complexité du marché, on sait bien qu’il s’agit d’une opération assez simple : la construction effrénée de condos crée une augmentation importante de la valeur des terrains et des loyers. Par conséquent, nous – les démuni-e-s, les locataires à faible revenu, les familles, celles et ceux qui habitent les quartiers populaires – sommes obligé-e-s de partir.

Face à ce phénomène, les membres du collectif À qui la ville ? :

  • Déclarons que le logement n’est pas une marchandise, mais un bien commun. Pour cette raison, nous exigeons la collectivisation du parc locatif.
  • Nous nous opposons au monopole des mini-rois d’épicerie qui créent des déserts alimentaires en remplaçant les magasins familiaux par de grandes chaînes commerciales. Nous encourageons plutôt les coops et l’auto gestion des commerces de quartier.
  • Nous nous positionnons Prenons position contre le capitalisme sous toutes ses formes. , et encore davantage en milieu urbain.
  • Pour ces raisons, nous nous opposons à l’embourgeoisement et à la misère qui en découle.

Les élu-e-s municipaux sont complices. Complices des promoteurs immobiliers rapaces et avides, des banques qui offrent des crédits à tout-va et des publicitaires qui promeuvent le mode de vie « à la condo ». Cette collaboration des pouvoirs municipaux, financiers, immobiliers et privés nous mène tout droit vers une nouvelle crise du logement. Une crise où surendettement et précarisation seront les conséquences. Ya basta ! Nous exigeons un logement pour toutes et tous !

Pour cela :

  • Nous revendiquons un moratoire sur la construction de nouveaux projets de condos sur l’île de Montréal.
  • Nous revendiquons un vrai moratoire sur la conversion des logements locatifs en condos.
  • Nous revendiquons la mise en place d’une réserve de terrains et de bâtiments vacants afin de les sortir du marché spéculatif et de les destiner au développement de logements sociaux, de ressources et d’infrastructures à vocation collective et communautaire.
  • Nous revendiquons le droit légitime à occuper toute bâtisse à logements ou tout autre type d’immeuble qui serait inoccupé et nous exigeons qu’ils puissent être transformés en logements sociaux.
  • Nous revendiquons la légitimité de la prise de squats et, par le fait même, la déjudiciarisation des personnes ayant recours à cette forme de lutte collective.
  • Finalement, nous revendiquons la gratuité du transport en commun afin de rendre la ville accessible à toutes et tous.

Afin d’atteindre nos revendications, nous encourageons la diversité des tactiques et l’action directe comme moyens de résistance et de lutte.

Nous crions ici et dans la rue, « Des condos, il y en a trop ! », « Non à la condoïsation de nos quartiers ! », « Non à la spéculation condobilière ! ». En squattant, en occupant, en manifestant, nous allons crier et agir pour que personne ne nous ignore et pour garder nos quartiers ! À qui la ville ? Montréal contre la gentrification ! Pour une cité sans frontières, solidaire, populaire ! Luttons pour vaincre!